Disparition brutale d’une figure scientifique

L’INRIA rend un vibrant hommage à Philippe Flajolet, figure éminente des sciences informatiques, brutalement décédé hier. Philippe Flajolet a révolutionné l’analyse d’algorithmes, et a contribué à faire la renommée internationale de notre institut, au sein duquel il a passé presque 40 ans.

Ce livre de témoignages est ouvert à tous ceux qui souhaitent déposer une contribution personnelle en hommage à Philippe Flajolet.

La direction générale.

128 comments

Passer au formulaire de commentaire

  1. Max Dauchet

    J’ai toujours admiré Philippe pour son intelligence et son humanité pudique.

  2. Lakhnech

    Une perte pour les sciences informatiques difficilement compensable.

  3. Touati

    Je lui ai parlé une seule fois lors d’un séminaire et il m’avait déjà impressionné par son humilité et accessibilité.
    Repose en paix.

  4. Fortin

    l’INRIA est riche d’exemples, sources d’inspiration et d’exaspération.
    La dernière nourrit la colère, Philippe nous pourvoyait de cette sérénité
    qui nous rend ductiles aux plaisirs intellectuels.
    Respect.

  5. Frederic Desprez

    En plus de sa visibilité internationale, j’admirais sa capacité à présenter simplement des concepts algorithmiques compliqués lors de ses séminaires. Un exemple pour nous tous.

  6. Kumar Guha

    La disparution brutale de cet homme calme, disponible et patient est un choc.
    A plusieurs occasion, j’ai eu le bonheur de faire l’expérience de la gentillesse et de l’intelligence de Philippe.
    Il avait notamment accepté très facilement, en 2008, une interview vidéo sur les attentes des chercheurs en matière d’Information Scientifique et Technique.
    Mes plus vives condoléances à sa famille et ses amis, je ne doute pas qu’une partie de sa lumière est en eux, comme en tous ceux qui l’ont cotoyés.

  7. Baron Josy

    une des premières « figures » que j’ai rencontré en arrivant à l’INRIA en 1989, c’était lui et c’était hier…
    Lui, présent au bâtiment 8 à l’époque, son assistante près de moi dans le même bureau, elle a su me faire découvrir Le Philippe que beaucoup de gens connaissaient déjà mais que j’ai découvert par la suite et au fil du temps. Quel grand Homme il
    était ? Toujours à l’écoute, sa gentillesse naturelle et son grand coeur qui le caractérisaient ont fait que tout le monde l’appréciait et l’aimait. Nous avons partagé plein de choses ensemble lui et son équipe, ce sont des moments inoubliables.
    Aujourd’hui, il laisse orphelins beaucoup de gens, sa famille et ses amis. Son équipe à laquelle je pense en ce moment va se sentir complètement abandonnée.
    Son départ me rend triste et je serai auprès de lui et de tous par la pensée pour l’accompagner dans le dernier de ses voyages. C’était beaucoup trop tôt…

  8. François Bancilhon

    Philippe c’était une culture scientifique fabuleuse, une capacité remarquable à bien la communiquer, une curiosité d’esprit totale, une forte disponibilité et une grande gentillesse.

  9. Jean-Baptiste

    Au professeur qui savait nous faire toucher l’essence de la théorie qu’il a développé, qui nous rendait limpides des concepts avancés, qui nous donnait l’envie de poursuivre même quand, après le cours, nous nous rendions compte de sa difficulté.

  10. Juliette

    Philippe, tu vas nous manquer.
    Pourquoi les meilleurs et les plus ouverts et gentils partent-ils en premier ?

  11. Sedoglavic, Alexandre

    Bien que son oeuvre et le rayonnement de sa personnalité restent parmi nous, cet héritage ne console en rien de son départ ; pour beaucoup d’entre nous, le monde est moins beau maintenant.

  12. Steven Finch

    Philippe was an inspiration! If it were not for Philippe, my book « Mathematical Constants » would never have been written. My wife Nancy Armstrong and I will never forget his generosity & kindness during our two visits to Paris. Rest well, dear friend.

  13. Gregory Kucherov

    C’est un très grand scientifique qui nous a quitté. Non seulement un savant hors pair, non seulement un chercheur entièrement dévouée à la science, non seulement un homme disponible et chaleureux, mais aussi un scientifique de qualités de plus en plus rares aujourd’hui, représentant une science authentique guidée par la curiosité et par la quête de compréhension et de savoir plutôt que la science de l’ »impact » (guillemets très importants), privilégiant la science à toute sorte de hiérarchie, défendant l’idée de la recherche fondamentale comme une mission première de chercheur. C’est une grande perte pour la science. Je suis profondément triste aujourd’hui.

  14. Denis Buffenoir

    Que j’aimais discuter avec lui de choses et d’autres, c’était toujours enrichissant et plein d’humour. Je garderai le souvenir d’un grand Monsieur toujours attentif, disponible et pétillant.

  15. Muriel de Bianchi

    Un homme comme il y en a peu, disponible, gentil, à l’écoute. Il va beaucoup nous manquer.

  16. -JJL-

    tu fumais trop,
    tu bossais trop,
    tu rigolais de tout,
    tu vas me manquer.

  17. Maurice Robin

    Scientifique de grande classe, homme d’une générosité peu commune, Philippe ne sera pas oublié.

  18. Bernard Serpette

    Un jour pour ne pas oublier de chercher la réponse à ma question, tu avais fait une énorme croix au feutre sur ton généreux ventre. Aujourd’hui, c’est une croix sur nos coeur qui nous fait comprendre combien tu nous manques.

  19. Guy Louchard

    Quelle tristesse. Je lui dois tellement. Merci, Philippe pour tout!

  20. Paul Zimmermann

    Philippe, j’ai eu l’immense chance de te cotoyer pendant plusieurs annees. Tu m’as donne le gout pour les mathematiques experimentales, le fait d’ecrire un
    programme de 100 lignes pour verifier une idee, visualiser graphiquement une loi de
    probabilite. Je garderai toujours en memoire ton geste pour chercher un paquet de
    cigarettes dans les poches de ta veste. Ta rigueur lors de la redaction d’un article,
    ou d’un livre…
    Ton detachement vis-a-vis des contraintes administratives. Ton courage pour « monter au
    creneau » quand il le faut. Un jour ou tu avais trop de mail a traiter, tu as simplement fait
    « rm mbox », chapeau ! Ton soutien dans les moments difficiles, ton eternelle bonne humeur. Tu m’as enormement appris, merci Philippe.

  21. Shaoshi Chen

    During my three-half years in Algo, Philippe was always so nice to us. We learn much from him in the cafe room. My wife and I will never forget that it was he who always kindly reminded us the samll stone when we eat Gallete des Roi brought by him.
    All of us will miss him forever!

  22. Nasser Saheb

    J’ai toujours eu l’impression que Philippe avait une réponse à tout problème. Maintenant qu’il n’est plus là, beaucoup de problèmes resteront pour longtemps sans réponse.

  23. Micha Hofri

    Philippe, in his gentle, encouraging way influenced my professional
    career as few did. He will be painfully missed.
    A gaping, large void is now left, and who can fill it?

    Shalom chaveri.

  24. Gilbert Labelle

    Ton esprit bouillonnant et raffiné a toujours été pour moi une source d’admiration tendant vers l’infini …

  25. Helmut Prodinger

    I knew him since 1979, studied many of his papers and saw him regularly.
    He sent me email on February 16 about the bad news, about an operation
    the following friday. And 5 weeks later it was over!

    I hope that the scientific community will do something decent to honour his work.

    We both did not believe much in god etc., otherwise I would hope to see him again somewhere, but I am afraid it won’t happen.

  26. Robert Cori

    L’amitié de Philippe nous manquera, sa culture scientifique
    exceptionnelle son ouverture d’esprit et son plaisir communicatif à faire de la
    recherche aussi.
    Je suis sûr toutefois que le vide ressenti finira par être comblé par tous ceux et celles qu’il a formés; ils et elles sauront poursuivre brillamment la voie qu’il a tracée.

  27. Henri Cohen

    La grande gentillesse de Philippe combinee avec sa vaste culture
    scientifique et son humour decapant va beaucoup me manquer.

  28. Henry Crapo

    Au revoir, Philippe.

    Comme j’ai, heureusement, eu l’occasion de te dire
    face-à-face, j’ai apprecié au fond du coeur ta gentillese, ta rectitude,
    et grande culture. C’ést remarquable le travail t’as accompli de bâtir
    toute une domaine de mathématique combinatoire et algorithmique,
    et d’inspirer toute une société de collègues autour de ton noyau à
    Rocquencourt. Merci pour tout.

    Henry

  29. Eithne Murray

    Philippe went out of his way, more than once, to help me when I was a rather confused canadienne anglaise living in France. I will never forget his kindness, his humour, or how incredibly fast he could eat lunch!

  30. Michel Nguyen The

    Philippe Flajolet (Pifou pour les intimes) a été le président de mon jury de thèse et a joué un rôle fondamental dans le déroulement de mon doctorat. Déjà exceptionnel dans son domaine, il avait aussi une compréhension aiguë des mathématiques et des sciences en général. C’est lui qui m’a soufflé l’idée d’utiliser la formule de Feynman-Kac dans un problème particulier, pour citer un exemple parmi d’autres.
    Il faisait partie de ces grands chercheurs qui font briller une discipline par leur talent, leur amour pour leur travail et leurs qualités humaines. Il laissait la porte de son bureau grande ouverte (même si on le rencontrait aussi souvent dans la salle à café) et tout le monde pouvait le tutoyer en oubliant presque avoir affaire à une sommité. L’on pouvait aussi discuter avec lui des supercordes, d’histoire des sciences et des scientifiques, et de divers sujets de culture générale.
    J’ai eu beaucoup de plaisir à côtoyer ce personnage haut en couleur aux talents cachés, danseur de rock, guide touristique polyglotte, joueur invétéré parieur de tablettes de chocolat jeûnant parfois à l’heure du déjeuner, transformateur de nicotine en articles de recherche (remettant Erdös en cause), sans parler de son fond d’écran fantastique. Lors d’un séjour en Autriche, il m’a expliqué que c’était difficile d’être gros quand il faisait chaud.
    Même si j’ai quitté la recherche scientifique publique, il m’est arrivé de prendre un jour de congé pour assister au fameux séminaire Algo. Philippe m’a alors offert le déjeuner à la cantine de l’INRIA, petit geste qui m’a beaucoup touché. Bien que j’aie écrit plusieurs résumés pour ce séminaire, mon seul regret peut-être aura été de n’y être jamais intervenu en tant qu’orateur.
    Par un phénomène de synchronicité émotionnellement très fort pour moi, j’ai croisé sa femme en deuil d’un mari « scientifique », « académicien », « mort il y a quelques jours », lors d’une conférence ce vendredi soir dans un contexte plutôt ascientifique et normalement anonyme (j’ai dû reconnecter quelques points), ce qui jette une nouvelle lumière sur le personnage, totalement inattendue.
    Au revoir Philippe.
    Michel (aussi son 3e prénom)

  31. Hsien-Kuei Hwang

    Le philosophe who modernized the algorithmics by classical analysis; le grand savant with a unique style of writing and an exceptional knowledge of presenting, connecting, analyzing and associating diverse complex structures; le gros « concentrator » in our academic network to resolve the « singularities » and to promote scientific cooperation (always « generating » functions of the community); le meilleur amis to have and to talk to; le penseur who loved life, science and us all.

    I was hooked on his oeuvres the first time I read his papers, and il est toujours mon heros.

  32. Quadrat Jean-Pierre

    Philippe tu es parti brusquement cela va traumatiser ta famille, tes amis,
    tes collègues. Tu es parti en emportant quelques neurones en état de fonctionnement
    je pense que c’était essentiel pour toi mais c’est extrêmement regrettable pour tous. Toutes mes condoléances à ta famille.

  33. irene guessarian

    Philippe
    Chevalier de la Science et Gentilhomme,
    tu seras toujours dans nos coeurs pour
    nous montrer la bonne voie.

  34. Robert Tichy

    Dear Philippe, your mathematics is important and beautiful and you have heavily influenced the international scientific community. Our Austrian group often could visit you at INRIA and we all have received your warm hospitality, thank you very much.

  35. Claude Lemarechal

    Forte emotion quand j’ai appris cette nouvelle. Etant d’un domaine scientifique totalement different, je ne l’avais jamais cotoye de pres; mais les quelques conversations amicales que nous avons eues sont encore tres presentes dans ma memoire.
    Son absence va evidemment etre tres lourde a supporter par ses proches. Qu’ils soient assures que moi aussi, de loin, je pense a lui et a eux avec sympathie.

  36. Stefan Gerhold

    The first time I saw Philippe’s name was at highschool, when I read a Mathematica tutorial on the Landau-Ramanujan constant, for which Philippe had determined an explicit expression. I was thrilled that there were people who could do such wonders. Years later, a draft of « Analytic Combinatorics » was one of the reasons for me to enter combinatorics. And I very much enjoyed my visits at INRIA. The two lovely evenings at the « Boeuf à la Mode » in Versailles… The afternoon you were actually busy with administration, but preferred to come over every 10 minutes to explain some new ideas of yours… And when you explained the pronunciation of the Burmese letters on my T-shirt…
    Merci pour tout.

    Stefan

  37. Hoang Ngoc Minh

    Cher Philippe,

    Avec beaucoup d’humanité, tu as appris à des générations de chercheurs
    du monde entier (aussi bien en sciences de l’information qu’en sciences
    de la matière) à pratiquer l’analyse des fonctions génératrices autour de
    leurs singularités.

    Maintenant, comment crois-tu que nous allons pouvoir supporter
    cette disparition si soudaine de notre chère singularité ?

  38. Jean-Jacques Quisquater

    L’annonce de la triste nouvelle fut pour moi un réel choc. Mais, j’en suis sûr, Philippe sera pour toujours, pour beaucoup, vivant, vivant dans nos coeurs.

    Des souvenirs, anciens, émergent et avoir rencontré souvent et, un peu, cotoyé Philippe fut une des grandes chances de ma vie. Ah, ce fameux papier — Philippe Flajolet, Jean-Claude Raoult, Jean Vuillemin: On the Average Number of Registers Required for Evaluating Arithmetic Expressions FOCS 1977: 196-205 — qui est le point de départ de ma rencontre avec Philippe, en 1980, introduit à lui par Jean Vuillemin, puis les nombreuses invitations heureuses au LRI et à l’INRIA où, presque à chaque fois, je rencontre Philippe, pour moi presque tout seul. Je me demande aujourd’hui à quel point j’ai pu abuser de son temps précieux mais son accueil de toujours me rassure. Et ce que j’ai pu ainsi apprendre, j’ai tenté de le rendre.

    Philippe, bien que non vraiment lié à la cryptographie, s’y intéresse pourtant vraiment. Ce furent nos longues discussions sur l’algorithme de Pollard pour la factorisation des nombres RSA, sur le paradoxe des coupons (un vrai trésor), et, surtout sur le « probabilistic ou approximate counting » que nous avons essayé longuement d’appliquer dans les cartes à puce pour mesurer l’usure des mémoires E2PROM sans bien réussir à convaincre les ingénieurs que cela permettait d’implanter des compteurs courts sans risque.

    Ce furent nos nombreux emails échangés (Philippe les appelait moëlle, une allusion substantifique d’un disciple de François Rabelais :-).

    Ce fut aussi notre souci commun de donner aux chercheurs les meilleurs outils possibles de travail scientifique : de la permission que j’avais reçue de Leslie Lamport de copier la première version de LaTeX par ftp, sans restriction, sans droit d’auteurs, de copyright, que sais-je ?, j’en ai fait une première bande destinée à Philippe, qui a donc été le vrai diffuseur de LaTeX en Europe, la première connexion UUCP (ancêtre d’internet) entre la France (INRIA) et la Belgique (prlb2) fut l’oeuvre de Philippe avec l’aide technique d’Yves Devillers, sans aucun mot de passe, une réelle preuve de confiance, et, enfin, sans être exhaustif, merci d’avoir donné accès, sans frais, et aussi durant des années, à Multics et, surtout, à Macsyma, quand tout était compliqué à avoir, même pour des labos industriels comme ceux de Philips où je travaillais.

    Merci à Philippe de m’avoir appris que bien comprendre un algorithme ce n’est pas seulement calculer sa complexité mais aussi de l’implanter et ainsi de bien le comprendre sous toutes ses facettes. J’ai reçu la même leçon de Don Coppersmith ; et ces deux amitiés se conjuguent.

    Merci à Philippe d’avoir accepté mon invitation en 1989 de donner un exposé invité à Eurocrypt 89 (en Belgique) sur les transformations aléatoires : Philippe Flajolet, Andrew M. Odlyzko: Random Mapping Statistics. EUROCRYPT 1989: 329-354. Ce fut, sans aucun doute, un des tournants mathématiques de la cryptographie (oui, il y a bien une structure quand l’aléatoire est itéré) et s’il a fallu retarder de 6 mois ces proceedings, cela valait le coup. Cela a aussi entraîné que ces proceedings sont maintenant disponibles à la conférence … :-). Philippe m’a rendu la pareille alors en me présentant Jacques Stern durant le banquet de cet Eurocrypt : ce fut le début d’une collaboration intense pour notre enseignement commun de l’algorithmique et de la cryptographie à l’ENS (12 ans en ce qui me concerne).

    Un autre sujet que nous avons très souvent évoqué avec Philippe fut le compromis temps-mémoire relié à la technique d’Hellman. Plusieurs fois nous avons attaqué ensemble ce sujet, soit de façon probabiliste, approximative ou rigoureuse.
    Notre dernier essai, avec Julien Stern, fut presque un succès et consomma plus d’un weekend complet de Philippe avec des échanges de messages plein de formules à plusieurs étages. Un bonheur pour nous chercheurs.

    J’arrête ici : j’ai l’impression que chacun a autant à raconter au sujet de ses collaborations amicales et bien accueillies avec Philippe. Cela n’a pas toujours abouti à un papier commun (j’ai seulement une figure commune publiée avec Philippe :-). Quelle énergie digne d’une dizaine de vies valables.

  39. Jean-Jacques Quisquater

    Petit oubli, et d’importance …, pour moi. En juin 1982, durant le IEEE International Symposium on Information Theory Les Arcs, France/June 21–25, 1982, dont j’ai été en charge en ce qui concerne le système de soumission et d’acceptation de papiers (première utilisation mondiale de TeX pour la gestion d’une conférence), j’ai un papier accepté sur la génération efficace de nombres premiers pour la cryptographie (RSA, Diffie-Hellman) – un papier bien précurseur, non cité, publié, de la méthode dite, en ce moment, de Maurer. La salle est remplie, Diffie et Hellman au premier rang, et mon chef :-). Et le chairman de la session est Philippe, bien chouette ! : nous avons ensemble de longs échanges humoristiques, ce qui permet de me détendre et de donner un assez excellent exposé, pourtant bien mal parti pour moi vu l’audience fort impressionnante. Un très grand souvenir !

  40. Wojtek Szpankowski

    I have known Philippe since 1983 when I met him for the first time
    during a conference in Paris. In the preface to my book I wrote:
    « I can almost pin down the exact date when I got interested in the
    analysis of algorithms. It was in January 1983 in Paris during a
    conference on performance evaluation (at that time I was doing research
    in performance evaluation of multiaccess protocols and queueing
    networks). I came from a gloomy Poland, still under martial law, to a
    glamorous, bright, and joyful Paris. The conference was excellent, one
    of the best I have ever participated in. Among many good talks one
    stood out for me. It was on approximate counting, by Philippe Flajolet.
    The precision of the analysis and the brightness (and speed) of the
    speaker made a lasting impression on me. I wished I could be a disciple
    of this new approach to the analysis of algorithms. » When I moved to
    the USA, I reconnected with Philippe again in 1987, when I bragged
    about my–as I thought–newly discovered results on tries. In return
    he sent me his brilliant papers solving better and more general
    problems. I visited Philippe in 1988 at INRIA and became a disciple of
    Analysis of Algorithms. We became friends.

    Philippe’s untimely death is a great loss for science, and it is
    devastating for the AofA community, which was blessed with his
    brilliance and bonhomie. Philippe, together with Helmut Prodinger and
    the late Rainer Kemp, organized in 1993 the first AofA seminar in
    Dagstuhl. Since then we made it an annual event. In every meeting
    Philippe’s brilliance and generosity in sharing his knowledge was on display.

    Philippe’s research contribution to algorithms, and science in general,
    is unforgettable. He, together with his co-authors, invented and contributed
    in a decisive way to singularity analysis, Mellin transform, Rice’s
    method, continued fractions, digital trees, quadtrees, retrivial of
    multidimensional data, communication (tree protocols for multiaccess),
    number theory, approximate and probabilistic counting, automatic
    analysis of algorithms, random generations, random graphs, formal
    languages, information theory, and so on. Over the last thirty years
    Philippe has created and developed a far-reaching research program
    aimed at quantifying very precisely some of the major algorithms and
    methods devised in computer science and communication. He unified many
    different areas under a coherent and lasting scientific discipline.

    Finally, and most importantly, Philippe was a very good friend and a good man. We
    talked almost every month; we saw each other at least once a year.
    Fortunately, I saw Philippe in January in San Francisco during SODA; we
    had good time, shared some beers and some jokes. I talked to him a few
    days before his death. He was optimistic and in a good mood.

    Philippe was my scientific mentor and a dear friend. Knowing him was
    one of the great privileges of my life. I can’t believe he’s gone. I
    am heart-broken, no words can describe it.

    Merci au bon docteur Flajolet. Au revoir, Philippe.

  41. Janos Makowsky

    We met personally only a few times.
    But your papers and your book left an imprint on my own work.
    You have changed the field of combinatorics building on the work
    of your predecessors, bringing to fruition the use of analytic methods.
    I still cant believe that you are not with us anymore.

  42. Michaël Quisquater

    Beaucoup de livres de référence présentent les mathématiques comme une
    succession d’alphabets plus ou moins imbriqués. Durant sa carrière, Philippe est
    parvenu à élever les mathématiques au rang de la littérature et de la poésie, et quelle
    plume!

    Chapeau l’artiste, repose en paix et que ton étoile continue à nous illuminer depuis les cieux!

    Michaël Quisquater

  43. Patrick Cégielski

    Mon très profond respect pour Philippe.

  44. Michèle Loday

    Cher Philippe,
    Je viens te dire adieu quand j’aimerais tant te dire bonjour.
    Que va être la vie sans ton sourire et ton regard éblouissant ?
    Ce fut un honneur et un bonheur de t’avoir rencontré.
    C’est un grand chagrin que de te perdre.

  45. Conrado Martinez

    Ever since I met Philippe in 1990, he has been an example to follow. He’s been my friend and my mentor. I owe so much to him. I enjoyed every minute I could share with him. I’ll miss his gentleness, his good humor and optimism, his wise advice, his acute, sharp intelligence, his creativity, his passion for research, his deep knowledge of mathematics, computer science, and many more.
    I value dearly all those moments, I’ve been lucky enough that they were a lot, including the few days we shared last January in San Francisco. This is undoubtedly a tragic loss for science, but for many of us it is much more, we have lost our great beloved friend, a good man, an exceptional person in some many aspects.

    Repose en paix Philippe, merci beaucoup pour tout.
    Mes sincères condoléances à la famille.

  46. Jean françon

    Philippe était pour moi l’incarnation de la joie de vivre la recherche, ce qui dynamisait déjà toute collaboration; alors, pensez, avec sa science en plus… Au revoir Philippe.

  47. Bruno Courcelle

    Cher Philippe,
    Tu fus l’un des premiers chercheurs que j’ai rencontrés, et j’ai beaucoup appris avec toi et les collègues du Bâtiment 8.

    Ainsi donc tu es parti et tu ne verras pas
    la prochaine explosion d’une centrale nucléaire,
    la disparition des derniers glaciers dans les Alpes et ailleurs,
    tu ne verras plus de « guerre humanitaire »,
    tu ne verras pas l’Union Européenne s’enfoncer un peu plus dans l’insignifiance,
    ni Marine Le Pen entrer au gouvernement en 2012.
    Tu n’y perds pas trop.
    J’écouterai Brassens que tu aimais bien en pensant à toi.
    Bruno

  48. Aguech

    La première fois que j’ai eu contact avec Philippe ca était en 2002 par téléphone, tout de suite j’ai eu le sentiment que c’est le type très humain très sociable et très ouvert. En 2004 j’ai eu l’occasion de le rencontrer à Nancy et discuter avec lui directement, moi le type très timide je me souviens que j’ai eu aucune difficulté de lui parler librement et facilement, malgré la distance scientifique qui nous sépare (moi débutant dans le domaine et lui parmi les fondateurs de cette théorie).
    J’avoue que j’ai appris la nouvelle de la disparition de Philippe avec beaucoup de tristesses beaucoup de peines.
    Philippe merci pour tous, merci pour tes remarques, pour tes conseils scientifiques, merci aussi de m’avoir honoré par ta participation au colloque que j’ai organisé à Monastir (Tunisie) en octobre 2010.
    Philippe t’es un scientifique modèle, un homme spécial magnifique, ton départ de ce monde est trop triste, mais tu reste dans nos cœurs Philippe, on t’oublie jamais…

  49. Josep Diaz

    Cher Philippe,
    Thanks for everything you did for me and for my theory colleagues at UPC. In the
    early 80′s, you were a key person in pushing for the development of TCS at
    UPC. I consider an honor and a luxury to have to met you in that far away 1979,
    and since then to have the opportunity to share with you discussions, alcoms and
    many other great moments.
    We are mourning the lost of a great scientist and human being.

    josep

  50. Michel GUEVILLE

    C’est en Octobre 1968 que j’ai rencontré Philippe pour la première fois. Cela fait 40 ans que je ne l’ai pas revu mais je garde profondément ancré dans ma mémoire las moments passés ensemble avec la bande des « Lyonnais ». J’apprends aujourd’hui sa disparition avec beaucoup de tristesse mais son intelligence, son ouverture d’esprit, son sens critique, son humanité et sa joie de vivre restent.
    Je partage avec sa famille et tous ses amis la douleur de sa disparition.

  51. Pierre-Louis Curien

    Je ressens la disparition de Philippe comme une injustice.

    Le bâtiment 8, que je n’ai pas connu stricto sensu, mais auquel je dois beaucoup, ne méritait pas le départ avant l’heure de deux de ses porte-voix. Philippe après Gilles, partis à peine sexagénaires, cela semble bien dur!

    Alors, en sommes nous réduits aux souvenirs?

    Philippe, roulant des yeux, proposant d’aller se manger un tablier de sapeur à Lyon ou un cassoulet à Toulouse.

    Philippe, ne mâchant pas ses mots, toujours à l’écoute de la communauté de la recherche, organismes confondus, disciplines confondues.

    Philippe, artisan de l’interface entre mathématiques et informatique, Philippe
    respecté à raison et aimé par tous dans les deux disciplines.

    Philippe, homme de culture, qui m’avait un jour scotché par sa connaissance fine du Mahabharata et des oeuvres de Dumézil.

    Un coup de chapeau, Philippe, et bon vent, who knows what comes after?

  52. Arnold Knopfmacher

    Unfortunately I didn’t know Philippe too well personally, although I met him at a number of conferences. However, since 1989, when I first became aware of his work, I have been in awe of his mathematical talents. He combined the analytical skills of a brilliant problem solver with the breadth of vision of a master theory builder.
    I am pleased that his book Analytic Combinatorics will continue his legacy for generations of mathematicians to come.

  53. Christian Lavault

    Grand scientifique, informaticien-mathématicien hors pair, tu demeures par dessus tout, Philippe, un humaniste en action, le savant-cherchant de fine imagination et de rigueur absolue que nous aimons. Généreux, disponible à chacun, cultivé sans ostentation, tu es l’un de ces hommes rares dont l’oeuvre et les trésors de Science tracent leur sillon, avec le petit clin d’oeil du bon vivant.

    Sans « adieu » Philippe, derrière toi tu laisses un grand vide… un serrement de coeur et ce petit trou à l’âme.

  54. Svante Janson

    I will miss Philippe very much. His legacy, including his many contributions
    to mathematics and computer science, his monumental book with Sedgewick, and
    the yearly Analysis of Algorithm meetings will live, but the meetings will
    not be the same without him.

    We had partly different tastes in mathematics and often preferred different
    methods to attack problems, but I always found Philippe very friendly and
    encouraging, and willing to share his great knowledge.

  55. Michael Fuchs

    To us younger people, Philippe Flajolet was a living legend and towering giant of analysis of algorithms. But, maybe even more importantly, he was also a very approachable and incredible nice person, who always cared for us and supported us. It is hard to believe that he has gone. He will be greatly missed and his impact on us will not be forgotten.

  56. Camion Paul

    J’ai été en poste à l’IRIA, devenu INRIA, de 1977 à 1997.
    Pendant cette période, Philippe Flajolet a fait naître et soutenu mon activité en algorithmique et en cryptographie. Plusieurs chercheurs ont bénéficié de cet environnement à l’INRIA pour leurs premiers travaux de recherche. Ils sont aujourd’hui professeurs des universités, directeurs de recherche à l’INRIA, au CNRS, à l’Ecole Polytechnique ou dans le privé. Plusieurs d’entre eux ont acquis une notoriété internationale. Ils sont tous en charge d’étudiants en travaux de thèse.
    Voilà le constat d’une des marques laissée par Philippe Flajolet dans la recherche française.
    Je partage avec sa famille et tous ses amis la douleur de sa disparition.

  57. Patrick Valduriez

    Cher Philippe,
    Je me rappelle de nos conversations passionnantes, à l’époque où mon équipe Rodin partageait le bat. 9 avec Algo. Et avec quelle simplicité tu pouvais expliquer les subtilités de l’analyse de structures de données majeures en BD comme le hachage extensible. Je me rappellerai aussi de la gentillesse avec laquelle tu m’avais aidé, alors que jeune thésard, je débarquai pour visiter le labo. IBM de San José, où tu passais l’été 1981. Enfin, ce fut un grand honneur de t’avoir dans mon jury de doctorat d’état et de recevoir tes conseils.
    Je te souhaite un bon voyage.

    Patrick

  58. Cecilia Holmgren

    Philippe Flajolet was not only an outstanding researcher but also a very
    warm and friendly person. From the first day I came to INRIA as a
    postdoc he took really good care of me and I felt that I could talk to him not
    only about scientific but also about numerous social topics, such as
    culture, languages and swedish thrillers.
    I have many pleasant memories of Philippe; although I have just known him for a few years, it feels like I have known him forever.
    He was a fantastic mentor and a great friend for a foreign researcher
    coming to INRIA. I will miss him a lot!

    Cecilia Holmgren,
    postdoc (from Sweden) at INRIA Rocquencourt

  59. Giorgio Ausiello

    Dear Philippe. I will always remember the eager and joyful approach with which you were able to dive into the depth of mathematics and into the pleasures of life.
    I will miss you so much.

  60. Loÿs THIMONIER

    Cher Philippe, j’ai découvert ta personnalité exceptionnelle en 1983…

    Successivement physicien théoricien, puis mathématicien, je commençais à m’impliquer profondément en informatique mathématique, détectant que la résolution d’une famille de problèmes ouverts en calcul des probabilités, comme le cas général à plusieurs variables du problème des anniversaires, passait par une attaque combinant langages formels et leurs opérations dont le « shuffle », ainsi que fonctions génératrices et transformations intégrales associées. Je t’avais invité à Amiens à ce sujet, mis au courant de toute ton envergure dans le domaine de la combinatoire analytique: tu étais aussitôt venu « animer » au labo d’Informatique un séminaire mémorable, qui s’est poursuivi en un après-midi de discussion fiévreuse à plusieurs, émaillée d’une foule d’exemples de ta part illustrant les applications de la traduction analytique d’opérations sur les langages, la transformée de Laplace-Borel, etc… Ensuite au fil des années, tu es venu là-bas pour d’autres séminaires, des commissions de spécialistes, des jurys de thèse, prenant l’habitude à Amiens de passer la nuit au Carlton…

    Parallèlement tu m’as accueilli au sein du projet Algo au bâtiment 8 de l’INRIA Rocquencourt avec tous tes collaborateurs, toujours à l’écoute, si généreux dans le dialogue scientifique et dans la vie… Nous avons partagé bien des moments: ce fut un honneur et un plaisir de recevoir tes conseils, de bénéficier de ta codirection de thèse et de ta participation à mon jury de doctorat d’Etat à Orsay, de publier avec toi sur le problème des anniversaires et autres, de se retrouver à des colloques en ex Allemagne de l’Est, Pologne, Uruguay…, sans oublier les journées annuelles ALEA au CIRM à Marseille Luminy…

    Tu es le seul scientifique avec qui je pouvais discuter aussi d’autant de sujets passionnants très différents, comme la physique relativiste et quantique, les langues modernes et anciennes dont le sanskrit, les grands écrits métaphysiques de l’Inde ancienne, etc…

    Je partage avec ta famille et tous tes amis la douleur de ta disparition terrestre.
    Toi qui nous as quittés si tôt pour rejoindre l’hypersphère des mathématiciens tu resteras à jamais dans nos coeurs!

  61. flajolet-poncelanc catherine

    A MON SEUL COUSIN QUE J AI TOUJOURS BEAUCOUP AIME ET ADMIRE ET A QUI J’AI EU LA CHANCE DE PARLER LE 1ER MARS DERNIER

    DE LA PART AUSSI DE MON PAPA MICHEL FLAJOLET QUI L’ATTEND LA-HAUT ET QUI EST REMPLI D’AMOUR POUR LUI

  62. Duchamp Gérard H. E.

    Cher Philippe,

    Tu fais partie des génies et bons génies que j’ai rencontrés et qui m’ont donné, par leur engagement, leur désintéressement et leur vivacité d’esprit, le « virus » de la recherche.
    Avec toi, c’est l’aventure, le plaisir de découvrir et d’inventer. Par ton attitude de partage des structures, des calculs, des théories, des méthodes, la science est une construction magnifique et reste une fête.
    Merci pour tes questions, tes livres, tes séminaires…
    J’ai eu le bonheur, à tes 60 ans, de te jouer « joyeux anniversaire », j’aurai celui de te jouer « que ma joie demeure » ce soir en pensant très fort à toi.

    amitiés sincères
    Gérard

  63. Burini-Loubressac

    Mon pifou…
    J’avais 17 ans lorque tu m’as accueillie la 1ère fois au bât 8…
    Oui, toi, Gilles, Jean-Jacques, Gérard… que j’ai définitivement rejoint en 1980.
    34 années que vous faites partie de mon petit bout de vie et ces derniers jours confirment combien, vous tous, êtes importants et combien c’est difficile de te savoir hors de mon champ de vision.

    Ce que je sais c’est que l’on peut surtout voir avec le coeur et c’est juste ça que je veux retenir. Retenir toute ta sensibilité, toute tes richesses. Mes pensées vont à Vijaya, ta maman, Virginie, Jean-Jacques, Gérard depuis ces quelques jours…

    tu es toujours là avec ces quelques souvenirs… des bonnes « bouffes » le soir après quelques journées bien remplies au boulot au troquet du coin à Rocquencourt, au boeuf à la mode, des petites crêpes-party, des fromages-party, des pauses-café au bat8, des répétitions pour mes concours, des petites clopes fumées ensemble dans ton bureau à discuter, de cette soirée où tu m’as scotché en dansant un beau tango, des discussions que nous avons eu ensemble dans mes moments de doutes en 2004, où tu as toujours su me convaincre que j’en « valais le coup »… merci de m’avoir soutenue… Je me rappelle de mes frayeurs de vouloir me mettre sur les « bancs de l’école » lorsque tu donnais des cours de mathématiques à Virginie, disant que c’était très simple… je me sauvais, les maths m’ont toujours terrifiés… et ce weekend chez Virginie, tu te rappelles !… dans le box d’Idéa et son poulain… par peur je m’étais réfugiée derrière Virgnie et je t’avais enfermé avec la jument… quelle trouille tu as eu !!… aussi paniqué que moi ! mais qu’est-ce que nous avons ri et tu vois, là, j’ai le sourire… et ça fait du bien entre ce sentiment d’intense tristesse que je ne peux décrire tellement c’est fort. A demain mon Pifou…
    Sylvie

  64. Pierre Nicodeme

    Philippe, tu etais une sorte de Beethoven; profond scientifiquement et humainement.
    Tu etais aussi « colourful », comme diraient nos amis anglos-saxons. Tu nous manques.

  65. Jean Kott

    Philippe,
    C’est la première fois que tu me fais de la peine,
    Jean

  66. Jean-Guy Penaud

    C’est à l’Ile de Ré que je t’ai rencontré la première fois lors d’un exposé scientifique qui m’avait beaucoup impressionné. Je garde de toi un grand émerveillement pour ta richesse scientifique et ta chaleur humaine.
    Jean-Guy

  67. yuliy baryshnikov

    Thank you, Philippe, for everything.

  68. Christiane Frougny

    Cher Philippe,

    Je me souviens du plaisir de manger à ta table, au CIRM lors des journées du PRC Math-Info, ou lors des journées du GDR à Paris, ou encore lors de conférences au bout du monde.

    Je me souviens de tes exposés lumineux, précis, qui élargissaient l’horizon.

    Je me souviens de ton efficace présidence de divers comités de sélection, où tu savais concilier avec brio exigence scientifique et régulations administratives.

    Je me souviens de toi…

    Christiane

  69. Bo-Yin Yang

    In person, I met Philippe only briefly in 2010 when I co-hosted him at our Academy. He was an affable scholar without any airs, but even a bystander could tell that this is a great man. Long before that, however, whatever I might have achieved academically is partly due to his teachings on Asymptotic Analysis, even though they were indirectly through others. Thank you, Philippe.

  70. Joaquim Gabarró

    Cher Philippe,

    Te connaître et travailler avec toi a été fascinant.
    Sur les maths « concretes » tu le savais absolument tout.

    Même les nombres restent tristes.
    Tu nous manques
    Kim

  71. Olivier Bodini

    Il y a quelques bons mathématiciens et informaticiens là-haut avec lesquels tu dois déjà travailler. Ici, tu nous manques déjà.

  72. Frédéric Cazals

    Je garde un souvenir intact et ému des huit mois passés à ses côtés au
    sein du projet Algo.

    Philippe était un Maître et un Modèle: spectateur éclairé du Monde
    ancien et présent, acteur de grande classe en particulier en
    Informatique et Mathématiques, homme généreux sachant délicatement
    écouter, encourager et guider.

    Sa joie de vivre était une source rafraîchissante, son langage ciselé
    par l’étymologie une invitation au voyage, sa curiosité universelle
    une motivation puissante à la recherche de la
    connaissance—scientifique mais aussi des autres.

    Qu’il continue à inspirer ceux qui ont eu la chance de le côtoyer.

  73. Laurent Viennot

    Chapeau bas Philippe, un mot pour toi, c’est panache.

  74. Alexandre Zvonkine

    Plusieurs fois j’ai observé le même phénomène : chaque personne, après avoir rencontré Philippe même une seule fois, l’a compté immédiatement parmi ses amis. Telle était sa chaleur humaine, son charisme… sans lui, la vie de nous tous devient plus plate.

  75. Margaret Archibald

    Philippe was an inspiration to the entire A of A community. His contributions will not be forgotten.

  76. Serge Abiteboul

    Quand j’ai rencontré Philippe pour la première fois, j’étais un jeune chercheur impressionné par l’aura scientifique qu’il avait déjà. J’ai été conquis par sa chaleur, son intensité, son originalité, sa simplicité.

  77. Marc Berthod

    Quelle tristesse ! Nous perdons un savant. Mais la profondeur et la finesse de sa pensée s’habillaient d’abord de bonhommie, de simplicité et le plus souvent de gaîté. Merci Philippe pour tes contributions mais aussi pour ta chaleur humaine. Tu aurais vraiment pu attendre encore un peu avant de nous quitter !

  78. Jacques Henry

    Ces presque 40 ans je les ai aussi passé à l’INRIA où j’ai donc longuement côtoyé Philippe à Rocquencourt. Si nos routes scientifiques se sont peu croisées (un peu pour le génome) je n’ai pu qu’etre impréssionné par le grand scientifique et l’homme d’ouverture. D’autres diront bien mieux que moi l’importance de son oeuvre mais je voudrais aussi témoigner de sa gentillesse, de son interet pour les autres, de son indépendance d’esprit, de sa curiosité scientifique et de sa grande culture. Je me souviens d’un exposé à table sur la généalogie des langues indo-européennes!….
    Il manquera à Rocquencourt, à toute la communauté informatique-mathématique,
    Il me manque

  79. Peter Kirschenhofer

    Dear Philippe, you were a true giant in the field, an impressive researcher and an impressive unforgettable person.
    Thank you for all.

  80. Hassan Aït-Kaci

    Merci Philippe. Tout simplement. Le hasard nous a fait te connaître et t’apprécier.
    Amour, humour, et humilité. Nous te rejoindrons tous bientôt.

    -hak

  81. Jacques Carette

    J’ai eu la chance de passer 3 ans chez ALGO, chaleureusement acceuilli par Philippe. A tout temps (et surtout les Dimanches après-midi pluvieux quand même passé au bureau, ou encore les nuits tardives), il était content de m’illuminer au sujet d’une panoplie éblouissante de domaines mathématiques et informatiques, me laissant voir les connections multiples entre ces domains disparates. Même si mon travail quotidient n’est pas près du sien, j’utilise quand même les idées et techniques que j’ai appris de Philippe.

    Que mon séjour chez ALGO, avec Philippe, à été mémorable va sans dire; plutôt dire que son influence sur mon travail, 15 ans plus tard, est largement supérieure à celle des gens qui avaient un rôle officiel à porter à mon éducation. Merci.

  82. Pierre Lescanne

    Philippe,

    J’aimais ta simplicité et ton humilité. Tu m’impressionnais sans m’impressionner. Je t’ai posé parfois des questions de combinatoire qui aurait pu importuner un autre que toi, mais tu m’as toujours répondu sans frimer, pas seulement parce qu’on se connaissait depuis longtemps, mais parce que tu avais la fibre du partage scientifique. Tu es pour moi l’image du savant (un grand savant), qui sait tout sur son domaine et largement au delà et qui rend la science belle.

  83. Marie-Christine Rousset

    Philippe était venu à Grenoble en janvier dernier faire un séminaire où il nous avait tous « scotchés » par son brio, sa profondeur et sa simplicité. Hélas, nous ne pouvions deviner que ce serait la dernière fois qu’on le verrait autrement que virtuellement.
    En souvenir et en hommage, voici le lien vers la video de son seminaire « Quand l’ordinateur joue aux dés … » le 6 janvier 2011:
    http://podcast.grenet.fr/episode/philippe-flajolet-lorsque-l%E2%80%99ordinateur-joue-aux-des/

  84. Salvador Roura

    Philippe was one of the nicest and brightest persons I have had the privilege to know. Besides, I will always be grateful to him for his help at several moments.

  85. La petite mireille

    Cher Philippe,

    on a tous sous le coude pour 20 ans de questions à soumettre à ta gentillesse et ta sagacité, par intérêt, par curiosité, par plaisir. On va essayer de faire bien en pensant à toi, mais tu vas nous manquer.

  86. Aris M Ouksel

    Philippe, I met you during my first visit to INRIA in the early 80s. You were very kind to give me a private tutorial on probabilistic complexity analysis of tree algorithms. The clarity of your presentation and the originality of your own work were simply impressive. I remained a fan ever since. You have been indeed an impressive researcher. AMO.

  87. Xavier Goaoc

    Philippe,

    étudiant de DEA, suivant ton cours d’analyse d’algo, j’avais été touché tant par ta capacité à transmettre savoir et enthousiasme que par ta simplicité et ta grande gentillesse. Les quelques occasions que j’ai eu de croiser à nouveau ta route n’ont jamais démenti cette première impression.

    C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris ta disparition.

  88. Rafel Cases

    Il serait impossible de résumer en quelques lignes l’énorme contribution de
    Philippe dans le développement de l’algorithmique à Barcelone. Non seulement
    par la force de son talent, mais aussi à cause de la générosité de son amitié.
    Une grande partie des fruits que nous avons recueillies sont le résultat de ce qu’il
    a semé. Je dis cela en témoignage de notre reconnaissance et de notre gratitude.

  89. Omer Gimenez

    I will always remain in debt with Philippe, not only for his great insights and knowledge in different many areas of Mathematics, but for the help and kindness he offered me from the very beginning. I cannot really get used to the idea that he is gone forever.

  90. Frédéric Meunier

    Je garde un excellent souvenir de Philippe lors de mon post-doc dans son équipe.

    Il reste pour moi la figure du scientifique complet et intelligent. Je reste impressionné par ses connaissances qui s’étendaient au-delà de la science proprement dite – sa culture en linguistique par exemple était remarquable – et par la qualité de son écriture.

    Je me souviens de mes derniers jours au sein de l’équipe: il venait de finir un papier, qui débutait par une ode galloise du 13ème siècle et qui enchaînait par des considérations pointues sur des problèmes d’urnes.

    Je rends enfin hommage à sa bonne humeur et sa capacité à se rendre accessible à tous.

  91. Michael Drmota

    I knew Philippe almost 25 years and he has influenced my scientific interests from the very beginning. He had the talent to tell you precisely the (mathematical) problem you should be interested in and will be able so solve. I experienced this many times and I am very grateful to him. He always shared his knowledge with incredible generosity and kindness. But he was not only an eminent scientific figure. He was a real friend. We will miss him. Good bye, Philippe.

  92. Philippe Robert

    Philippe c’était, entre autres,

    La cigarette Dunhill
    L’arbre digital
    L’exploration du plan complexe
    Les langues indo-européennes
    L’appétit de la vie, des gens, des choses

    Plus personnellement, j’ai passé 9 ans dans l’équipe de Philippe qui m’y avait gentiment
    accueilli. J’y ai, entre autres, compris l’intérêt d’expliquer simplement son travail de
    recherche à n’importe quel public. L’exemple magistral que délivrait constamment Philippe
    dans ce domaine était tout simplement impressionnant. Rarissime dans le monde de la
    recherche… avec ce niveau de profondeur.

    Je l’ai côtoyé pendant 18 ans, son bureau à deux pas du mien. C’était toujours un plaisir
    de régulièrement le voir débarquer ou d’aller le voir pour des discussions aléatoires ou
    non sur les sujets de recherche du moment ou sur d’autres thèmes: J’ai, par exemple, le
    souvenir d’un cours impromptu, sans préparation, au détour d’une conversation, sur la
    méthode (pas triviale …) qui avait été utilisée pour déchiffrer le grec linéaire B.
    Stupéfiant.

    Les discussions en salle café étaient le moment où l’on pouvait apprécier (ou être
    victime de) son humour faussement ingénu à la limite de l’outrance, cela se terminait en
    général pas un rire à gorge déployée.

    Il m’est bien sûr très difficile d’admettre que cette époque se soit aussi brutalement
    interrompue, c’est incroyable.

  93. Amalia Duch

    Je considère une grande chance avoir eu l’occasion de connaître Philippe et de pouvoir, de temps en temps, profiter de son génie, sa gentillesse, sa sympathie, sa curiosité implacable, sa patience, sa générosité, son savoir vivre, ses rires, …, en bref, de tout ce qui conformait sa personnalité singulière et pétillante. Je ne sais pas d’oú sa vient mais à la UPC à Barcelone, en petit comité et avec beaucoup d’estimation, admiration et respect, on appelle “Flajoleries” à l’analyse d’algorithmes telle que Philippe la faisait, l’expliquait et la vivait. La seule chose, doncs, qui me reste à dire c’est: Vivent les “Flajoleries”!

  94. Nathalie BONTE

    P assionné
    H umble
    I ntelligent
    L oyal
    I ntègre, généreux et profondément gentil
    P atient
    P ositif, sincère et ouvert à tous
    E ternel tu seras dans ma mémoire

    Le vide que tu laisses est incommensurable, je ne t’ai connu que quelques années mais il ne m’a fallut que quelques secondes pour t’apprécier.
    Ce fut un honneur et un réel bonheur de t’avoir rencontré et d’avoir pu partager des moments de fous rires avec toi et ton équipe.
    Merci Philippe d’avoir été… tout simplement TOI
    Nathalie

  95. Marilena Barnabei

    E’ veramente una notizia inattesa e molto, molto triste. Philippe era una persona di grande bravura e di grande umanita’, ed anche molto simpatico!
    Una piccola consolazione e’ avere avuto la possibilita’ di averlo a Bologna l’anno scorso, e ascoltare le sue lezioni cosi’ interessanti, oltre alle chiacchiere fatte fuori della porta con la sigaretta in mano…
    Marilena Barnabei, Flavio Bonetti, Matteo Silimbani

    Traduction (due à Robert Cori)
    C’est vraiment une nouvelle inattendue et profondément triste. Philippe était une personne de très grand talent, de grande humanité et puis si sympathique!
    Une maigre consolation est d’avoir eu la possibilite de l’écouter à Bologne l’an dernier
    et d’avoir suivi ses lecons si intéressantes; il y avait en plus les discussions
    et les blagues faites entre nous au dehors de l’amphithéâtre la cigarette à la main …

  96. François Bergeron

    Philippe Flajolet est très certainement l’un des plus impressionnants chercheurs que j’ai connus. Il avait aussi l’art de rassembler autour de lui un groupe tout aussi sympathique qu’impressionnant scientifiquement. J’ai certainement beaucoup rigolé avec toute la troupe à l’heure du café du bâtiment 8, ou encore autour d’une bière à Dagsthul, mais j’ai surtout toujours beaucoup appris à chacune de mes visites étalées sur 20 ans. Chaque fois, les divers points de vue scientifiques avaient beaucoup mûri, et cela toujours de façon surprenante. Bref, on ne s’ennuyait jamais lorsqu’on passait visiter Philippe. Ici au Lacim on est tous attristés par son départ subit. On est cependant un peu réconforté en pensant à l’ampleur de son héritage scientifique en France et ailleurs.

    François et les copains de l’UQAM.

  97. Xavier Molinero

    Philippe has been and will continue being in our minds an impressive person and scientific. We will always remind his smile, generosity and talent. Thanks a lot for being always there.

  98. Denise Truc-Garin

    Cher Philippe,tu es passé de l’autre côté du miroir et maintenant « tu sais ».Au milieu de l’hommage de tous tes pairs,moi c’est au petit garçon surdoué avec ce parcours intellectuel vers l’excellence à qui je rends un hommage affectueux.
    Tu vas manquer à la science ,à tes amis,mais surtout à mon Amie Yvonne ta chère maman et à Vydjaya ta douce épouse ,toutes les deux si dignes et unies dans leur grande douleur.
    Attends nous cher Philippe on va tous te rejoindre un jour ,mais pour toi c’était vraiment trop tôt,tu avais tant à donner encore.

  99. Malik Ghallab

    J’ai rencontré Philippe pour la première il y a près de trente ans lors d’un colloque sur les mathématiques au service de l’Homme, et depuis, je lui ai toujours connu le même engagement, la même passion, et lui ai toujours voué la même estime, profondément partagée par tous, pour ses très grandes qualités scientifiques et humaines.
    Notre communauté porte le deuil d’une grande perte.
    Philippe ne sera pas oublié.

  100. Gopalan T K

    Philippe and I have been friends for nearly 34 years now, almost from the day of my arrival in Paris. Highly cultured, modest, always helpful, he had time for friends even during those periods when he was working very hard, which was always! A compassionate man, he was gentle, had a fantastic sense of humour, but never laughed at somebody else’s expense. Most generous with his resources, he was also the one friend to whom I owe much for making my stay in Paris very pleasant. Always supportive of anyone less endowed than he, he spent much time helping me out with my doctoral studies. A good linguist, he would nevertheless surprise me by breaking down compound Sanskrit names into their components and giving their meaning. And the innumerable evenings he chose to visit me were always rounded off with a visit to a good French restaurant. Philippe not only loved good food, he could make you appreciate it as much as he did.
    What I shall remember of this gentle, learned, modest, helpful, generous and steadfast friend is his great compassion and great humanity.
    I shall recall here a couple of farewell chants from the ancient Isavasya Upanishad for my beloved Philippe:
    वायुरनिलममृतमथेदं भस्मान्तं शरीरम्।
    ओं क्रतो स्मर कृतं स्मर क्रतो स्मर कृतं स्मर॥
    “Now let my breath be merged in the all-pervading immortal prana, and the body be reduced to ashes. Om. Mind! Remember past deeds, remember! ”
    अग्ने नय सुपथा राये विश्वानि देव वयुनानि विद्वान्। युयोध्यस्मज्जुहुराणमेनो भूयिष्ठां ते नम उक्तिं विधेम॥
    “O Fire, lead us by the fair path that we may reap the good we have sown. Thou knowest all our deeds. Lord, destroy all crooked-growing sin in us. We salute thee with our words again and again. ”

  101. Cyril REVEL

    The news came as a shock- Like TK Gopalan I came fron India and Phillipe helped me with my c.v and spent many hours making me understand computers with such humility and compassion. Thank you and hope you enjoy celestial food .

    Au revoir

    Arjun

  102. Michel MENDÈS FRANCE

    Un ami disparaît,chaleureux et généreux.Un grand mathématicien nous quitte,fin,original et profond.
    Au revoir Philippe,
    Michel

  103. Brigitte Rozoy

    J’ai rencontré Philippe la première fois au début des années 80, par un beau mois de septembre où il avait accepté mon invitation et exposé aux journées mathématiques et informatique en Avignon. Alors toute nouvelle et totalement inconnue dans la communauté informaticienne, j’ai été immédiatement séduite par sa gentillesse, sa simplicité, sa drôlerie et sa finesse. En ont suivi une amitié indéfectible et une profonde complicité à l’occasion des (trop rares) congrès ou séminaires où nous nous croisions.
    Outre ses qualités humaines hors du commun, Philippe était probablement l’un des plus grands esprits du monde de l’informatique, avec une très grande puissance d’analyse, une vraie profondeur de vue et une originalité rare, de ces êtres essentiels qui attachent et marquent définitivement.
    Je suis très triste.

  104. David Bradley

    J’ai d’abord appris de Philippe Flajolet par lisant de ses
    messages sur le forum sci.math à la fin des années 1980.
    En train de faire mon premier cycle à l’Université de
    Waterloo, j’avais mes prècieux volumes de Donald
    Knuth’s «The Art of Computer Programming» et j’étais
    ravi de lire des problèmes nombreux ouverts dans
    l’analyse des algorithmes que Philippe avait résolus.
    Dans plusieurs cas il a présenté non seulement l’ampleur
    de la terme d’erreur inconnue, mais un développement
    asymptotique complèt. Il était éblouissant!

    Quelques dix ans plus tard, j’avais la bonne chance de
    rencontrer Philippe en personne pendant une conférence
    à Montréal. Ma première impression était: Comment
    peut-on ne pas aimer quelqu’un avec des cheveux
    comme ça? Je connaissais qu’il m’a plu tout de suite.
    Comme prévu, ma première impression était plus précise
    que je n’aurais jamais pu imaginer. Au déjeuner, il m’a
    présenté des tripes, le premier des plusieurs cadeaux.
    Un autre fois, en lui visitant à Paris, Philippe et Bruno
    Salvy me taquinait, déclarant que la vraie cuisine française
    se révélera trop forte pour une palette américaine pas
    adventureuse. Je ne pouvais plus de leurs moqueries.
    Mon honneur en jeu, j’ai insisté sur le foie gras. Philippe
    essayait de me convaincre de changer d’avis, en prenant
    grand plaisir à me raconter comment une tumeur développe
    dans le foie d’une oie gavée, résumant par l’appelant
    «le cancer du foie», après lequel Bruno a noté qu’ «aucune
    des plaintes écrites on a jamais été reçues des oies.»
    J’ai des bons souvenirs de ces repas, mais j’ai fixé les
    limites au steak tartare. J’étais content de regarder Bruno
    qui le dévorait avec enthousiasme.

    Ensuite, Philippe m’a raconté une histoire: Tout en faisant
    mon travail de deuxieme cycle à l’Université d’Illinois, j’étais
    en contact par courriel de temps en temps avec un ancien
    camarade de classe de Waterloo, Jacques Carette, qui
    étudiait avec Douady à Paris. Un jour sur un coup de tête,
    j’ai lui envoyé un courriel contenant juste une formule que
    j’avais découverte—sans commentaire. Comme Philippe
    m’a dit, Jacques lui a transmis la formule, encore une fois
    sans commentaire, mais immédiatement Philippe a reconnu
    la source. Il m’a ensuite cité: «J’ai reconnu le lion par la patte»
    de Bernoulli, qui avait parlé ainsi de la solution de Newton
    pour la brachistrochrone.

    Pour le moins, j’étais profondément flatté que ce grand homme
    avait pris suffisamment d’intérêt dans un étudiant de deuxième
    cycle travailler sur un autre continent à un tel point qu’il pourrait
    reconnaître une nouvelle formule comme la mienne. Même si
    les détails de son histoire ne sont pas tout à fait vrais, j’appréciais
    ses paroles aimables et qu’il faisais tout pour m’encourager.
    J’imagine que tous les mathématiciens créatifs souffrent parfois
    quand ils se sentent comme même leur meilleur travail est sans
    valeur et insignifiant. Permettez-moi de vous dire qu’il n’y a rien
    comme la mémoire d’une louange spéciale à partir d’une intelligence
    supérieure pour aider quelqu’un à travers des périodes difficiles
    et à encourager aux nouveaux sommets de la créativité.

    Les mathématiciens peuvent parfois être très dédaigneux des
    travails d’autres mathématiciens. La région entre l’admiration
    et le mépris est habituellement très étroite, et généralement
    juste en dessous de l’auto-perception du niveau de ses propres
    contributions. Mais ce jour-là je résolus d’être plus favorable
    de mes collègues mathématiciens. Je me disais que si quelqu’un
    de la stature de Philippe pourrait être si généreux, qui suis-je à
    l’être moins tel?

    Cher Philippe, vous étiez grand scientifique mathématique
    et grand chef, mais encore plus grand être humain. Ayant
    profité tant et si profondément de vous connaître pour seulement
    quelques jours, je peux à peine imaginer la profonde sens de la
    perte d’autres doivent se sentir qui vous connaissaient depuis des
    années.

    David Bradley, April 4, 2011, University of Maine.

  105. Philippe Jacquet

    Philippe, tu ne peux pas nous faire cela! Tu étais mon directeur de thèse et tu es mon mentor. Je partage cet honneur avec nombre de privilégiés et maintenant nous sommes orphelins. Un grand bonhomme, gentil, malicieux, attentionné et surtout incroyablement intelligent et cultivé, est parti sans prévenir, en laissant une œuvre immense. Je revois tes éclairs de malice, j’entends encore tes conseils et tes encouragements attentifs. Je n’arrive pas à me résoudre à parler de toi au passé. Je suis sûr qu’on parlera de toi au présent pendant très longtemps.

  106. Simon Plouffe

    J’ai connu Philippe en 1992 lors d’une visite à l’inria et je l’ai revu en 1993 et 1996, on avait des discussions sur les suites, les formules asymptotiques, toutes sortes de sujets. Philippe était un puits de science et il partageait cet enthousiasme avec un grand plaisir. Mais ce qui faisait cette personne était son attitude toujours ouverte et à l’écoute. C’est ce qui m’a impressionné le plus la première fois, il me parlait à moi, moi qui était débutant dans ce domaine, je parlais de parties entières et de formules asymptotiques et je disais qu’avec cette fonction il était toujours possible d’exprimer le terme général et comme ça sorti du chapeau il me sort un exemple simple et très difficile à décrire : le terme général de 1/(1-6*x+25*x^2), j’étais médusé!. Dans son entourage, Philippe était le chef, le grand chef, le bon roi, et comme on dit, il régnait sur tous ses sujets, beaux et laids.

    J’apprends cette nouvelle avec tristesse, un grand des mathématiques nous a quitté.
    Je serais pas étonné qu’au paradis il parle de formules asymptotiques avec le grand architecte.
    Au revoir Philippe,
    Simon

  107. Debora S. Rosa

    Flajolet,
    I know this name… Yes! my master thesis, average case complexity of algorithms, Brazil. Men, what a work you have done! and from the writings here I see many people liked you! :) We are all here, by hands
    c(c(c( « commentaire après commentaire » )))
    sending you ❤love❤ and a big THANK YOU.
    May you, when you settle down there in the land of only happiness and solvable problems, send us inspiration for our work, a little function here and there to facilitate our state of pleasure, a nice joke, hints on a menu, the menu of life full of choices we live here. Nice that our paths met somehow. See you, Phillipe!

  108. Christophe Reutenauer

    J’ai souvent côtoyé Philippe Flajolet, au hasard des séminaires, colloques et jurys, pendant 35 ans; mais sans le connaître vraiment. Par hasard, au mois de mai dernier, je l’ai rencontré dans les petites rues près de Saint Eustache.
    Sa ressemblance avec Alexandre Dumas m’a toujours frappé. Comme lui, il a écrit des livres, ainsi que d’innombrables articles (je me rappelle « Ambiguity and Transcendance »), mélangeant avec brio analyse complexe et analyse d’algorithmes. Avec lui, un géant de l’informatique théorique française s’en est allé.

  109. Lancelot

    Philippe,

    Dix ans déjà depuis notre dernier café. Merci de tes conseils, de tes encouragements et de ton humour qui ont ponctué mes années passées à l’INRIA.

  110. Lars Ericson

    I’m very sorry to hear of the passing of Philippe. He was a very nice man.

    Let this be a reminder for those of us who have passed the age of 50 that it’s important to know where you are on cholesterol and diet and exercise and to stop smoking etc. If not for yourself, then for those around you who don’t want to start missing you! 62 is too young.

  111. Eric Dujardin

    Thésard, je croisais Philippe au bâtiment 9 tous les jours. Bien qu’ayant eu peu d’échanges scientifiques avec lui, je voyais sa bonhommie, sa gentillesse et sa disponibilité. Je penserai longtemps à lui.

  112. CAPEA

    NO TUVE LA SUERTE DE CONOCERLE PERO SOY UN ADMIRADOR DE SU TRABAJO

    MI MAYORES RESPETOS A LA FAMILIA

  113. Xavier Gourdon

    C’est au travers d’un article de l’encyclopédie Universalis dont j’ai appris plus tard que tu étais l’auteur que, jeune lycéen,  je m’étais passionné pour l’algorithmique. Plusieurs années plus tard je faisais ma thèse sous ta direction.

    Je me souviens très nettement de mon premier contact avec toi en 1992, où j’avais été illuminé par la chaleur et la simplicité avec laquelle tu me communiquais quelques gouttes de l’immensité de ton savoir sur les séries, ou lorsque pendant la thèse, tu m’expliquais le rôle de la transformée de Mellin au sein du « triangle d’or ».    
    Ces quatre années passées au projet algorithme jusqu’en 1996 furent un plaisir quasi quotidien. 

    C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai appris cette nouvelle récemment, et je me sens maintenant orphelin.

  114. Takis Konstantopoulos

    I’ve only learned about the untimely death of Philippe Flajolet a few days ago, through my colleague Svante Janson. I was planning to contact him with a question. « Too late », Svante said, and I couldn’t believe it.

    I first met Philippe when, as a charge de recherche at Sophia-Antipolis, I had visited Rocquencourt, many years ago. I’ve always admired his work because of its breadth and depth.

    At this point, I can only reflect on the chance events of one’s life: I am certain that, had I met Philippe as a student, my scientific career would have had a different orientation. He was, indeed, very influential. And his work will continue to be for generations to come.

  115. Kevin Compton

    Knowing Philippe was one of the great privileges and great pleasures of my life. What beautiful work he did! What joy he took in life! Generous, droll, sage, irreverent, he was un vieux ami, un vrai ami. I will miss him.

  116. Sergei Lando

    I believe I am not the only one who remembers Philippe from the very first meeting (which happened in Bordeaux twenty years ago). For me, it was a real and unexpected pleasure to meet a person whose approach to functions and number sequences was so consonant to my one. This made learning from him fruitful, easy and joyful. Since then, I tried to use every opportunity to talk to him, and was charmed by his vital personality spreading as an invisible, but very powerful field around him. His electronic letter with kind words about my small book on generating functions is among my dearest treasures. His early departure makes our world more poor and colorless.

  117. Jean-Paul Allouche

    Que citer pour apprivoiser la tristesse  ? Les discussions mathématico-informatiques enthousiastes ? Les
    réponses toujours disponibles ? Le créneau
    en dérapage au fein à main à Luminy ?
    Les commentaires scientifiques (ou autres) toujours fort avisés ? Les repas gourmets ? La chaleureuse
    générosité ? Je viens partager la peine de tes proches, de tes amis et de tes collègues.
    jean-paul

  118. Antonio Moccia di Ferrazzano

    Lo chiamavo affettuosamente « Pico della Mirandola » per la sua conoscenza universale.
    Addio amico delle lunghe dissertazioni latine.
    ….et quasi cursore vitae lampada tradunt.

  119. Vladimir Vatutin

    I met Philippe for the first time in 1992 during my first visit to France. I was impressed by his hospitality and a great desired to understand probabilistic problems in discrete mathematics which were far from his scientific interest. Later on I met Philippe several times at the conferences all over Europe. It was always a pleasure to discussed with him not only mathematical problems but the quality of food as well. He will remain in my memory as a brilliant example of a very good mathematician and a nice person. I will miss him….

  120. Hosam M. Mahmoud

    Philippe Flajolet has always been good to me. His encouragement at the beginning of my career made a positive difference in my life, and I am grateful. He probably did not know it, but he was some kind of a remote mentor to me. I followed his work to learn from it.

    Sincere condoléances à la famille et au circle des sciences. Je suis fier que mon « nombre de Flajolet » et egal a 1.

    Hosam M. Mahmoud

  121. Joel Spencer

    Philippe was a powerful mathematicians with deep insights. He was a source of
    inspiration for so many. He had a lust for life that was contagious. When I would
    see him we would talk and laugh. He brought a joy in being a mathematician to
    me and to countless others.

  122. Pranav Kashyap

    Philippe was my first mentor and one of the best minds I ever knew. I’ve learnt a lot from him and I am ever grateful to him for making my stays in Paris comfortable and for welcoming me into his work and home. I am sad to see such a brilliant scientist and a great friend pass away. My condolences to you Vijaya. May Philippe rest in peace.

    Pranav Kashyap

  123. ILAN VARDI

    I just learned of Philippe Flajolet’s death, which was a bit of a shock. The first thing that came to mind was how we noted that he was born one year to the day after G.H. Hardy’s death and we speculated that he was his reincarnation. However, he did not manage to live quite as long….

    The other thing is that the shock was also partly that he had managed to live as long, I believe that his lifestyle had worried a number of people for many years. In particular, he was quite amused to relate that Jill Knuth had decided to pray for him on account of his lifestyle which contradicted all recommended health dictates and was inconsistent with American academic norms. When I first met him, I was completely immersed in that culture and due to a slight weight problem and slightly elevated blood pressure, I had sworn off red meat. It was at a dinner with him in Palo Alto in 1988 that I observed him savoring a very large steak and I thought to myself: « This guy is enjoying every moment of his life. » That experience convinced me that I should abandon irrational privation.

    And this for me characterises Philippe Flajolet from the other mathematicians I have known. He had an immense enjoyment of life and was one of the few mathematicians who considered socialising and having fun as being an integral part of the scientific experience. He was fun to be with and I always had a good time when he was around. This element of his character was so strong that he even managed what I thought was impossible, he convinced Don Knuth to go out to Caffe Verona, the most popular Palo Alto hangout from 1988 to 1998, the one and only time I ever saw him there (I have to confess that I was there almost every day during that period so suspect that it was the only time he was ever there).

    He also had a lot of interesting stories relating to his time in the USA, which he recounted when I moved back to France in 1998 and had problems adjusting after being away for many decades. In particular, he told me about calling up information to get some number and the operator told him: « The toll free number is…. » an expression which he did not understand and whose definition he was unable to elicit from the operator. He cited this as an example of something which everyone in a country knew so never had to be explained, so presented an intractable problem to a foreigner. He also assimilated some American culture, he once surprised me when he was busy with a problem on his computer by yelling out: « Jesus H. Christ! » I suspect that this is the only instance of that phrase being uttered by a French national.

    As I mentioned, his large appetite for life was matched by his appetite, and I recall a story that Bertrand Serlet related to me: He went out to a cafe with Philippe and let him order and the waiter returned with two beers and Bertrand thought: « That was nice of him, he got me one, » at which point, Philippe downed both! When we went to a conference in Bordeaux in 1991, in anticipation of a dinner catered by one of the organisers’ mother from the Landes, land of Foie Gras, he gave me a detailed description of how that delicacy was extracted from tortured geese in order to dissuade me from eating any, so he could have more for himself.

    The other distinctive aspect of his character was to quickly build lifelong friendships and follow up on them. When we first met in 1988, we right away made progress on some problems, that was enough to convince him of my worth independent of my career status at the time, and led to numerous invitations at INRIA. In that respect, his complete confidence in his own judgment was similar to the other great scientists I’ve met in my career.

    At first when I met Philippe, I considered him very normal because he corresponded to my conception of a highly cultured individual whose research was an expression of his great intelligence. It was some years later that I realised that my conception applied to only a few unique individuals such as him.

    -ilan

  124. María-Inés Fernández-Camacho

    Quelle tristesse!
    J’ai rencontré Philippe pour la première fois il y a près de 25 ans lors de mon séjour à Paris pour travailler sur ma Thèse de doctorat sous la direction de JM Steyaert. Depuis lors j’ai toujours admiré son intelligence, ses travaux…mais surtout sa gentillese et son accesibilité. Ce fut un honneur de l’avoir dans mon jury de Thèse.

    Il y a deux ans que je l’ai vu pour la dernière fois. Il était venue à l’UCM pour un autre jury de thèse. C’était un belle journée dans tous le sens, même ensoleillée. Par contre, quand j’appris cette triste nouvelle, il y avait un orage à Madrid. Même le ciel pleurait!.

    Merci, Philippe, pour tout.

    Y un fuerte abrazo, con sentimiento y dolor, para todos los suyos.
    María-Inés

  125. Philippe Wang

    Il n’y a pas besoin de religion pour savoir que ce grand homme vit désormais dans le cœur de tous ceux qui lui rendent hommage, c’est-à-dire au Paradis, aujourd’hui et demain.

    Prenons exemple.

  126. Terence

    Philippe, you are the true inspiration. Look forward to meet you when you visit South Africa.

  127. Tsiriniaina Andriamampianina

    Philipe Flajolet, tu es de ceux que je respecte le plus, que j’admire le plus. Le peu de temps partage’ ensemble a suffit pour le plus grand et le plus riche enseignement possible. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ trois = 7